Agenda
COLLECTIONSGuitares et Amplis

Guitares et Amplis

Une révolution du 20ème siècle

L'électricité et les instruments de musique
 L’électrification de la musique populaire constitue sans doute le phénomène majeur de la seconde moitié du 20e siècle. Dès les débuts du 20e siècle, la recherche de puissance sonore préoccupe notamment les luthiers de guitare. En effet, l’instrument, contrairement au banjo, peine à se faire entendre au sein des formations instrumentales issues des nouveaux styles de musique comme le jazz. La caisse de résonance tend alors à se développer, et l’usage des cordes métalliques se généralise. En réponse à cette recherche de puissance, l’électrification porte d’abord sur une simple amplification électronique du son de l’instrument qui se trouve dès lors accompagné d’un nouvel auxiliaire : l’amplificateur, qui apparaît dans les années 1920. L’électricité permet également de rechercher de nouveaux timbres, d’expérimenter des effets sonores inédits. Les Ondes Martenot, l'orgue Hammond et l'ondioline apparaissent ainsi avant la deuxième guerre mondiale. Mais c’est seulement avec le rock dans les années 60 que la musique va véritablement utiliser les possibilités sonores propres à l’électronique : réverbération, distorsions, larsen…, ces effets divers constitueront dès lors un matériau musical à part entière.
Au regard de l’ensemble des musiques populaires, on peut constater que la guitare est l’instrument de prédilection de cette électrification de la musique.

De l’électrification à la synthèse sonore

Dès les années 40, (REV) les balbutiements de la synthèse sonore donnent naissance à des instruments qui peuvent être considérés comme les premiers synthétiseurs : le clavioline de Selmer, qui cherche à restituer le son d'instruments existants. Les véritables synthétiseurs seront conçus par RCA et Siemens dans les années 1950 avant la firme américaine Moog en 1959.

Si l'électrification des instruments survient dès les années 30 aux Etats-Unis, elle ne sera vraiment effective en France qu'après la seconde guerre mondiale. Cependant, la lutherie européenne n’en est pas moins active ; de nombreux luthiers italiens apportent leur savoir-faire dans d’autres pays, notamment en France, et cherchent constamment à améliorer l’instrument. Peu avant la guerre, cette guitare conçue en France par le luthier italien Mario Maccaferri pour la maison Selmer s'impose rapidement comme une référence internationale en matière de guitare jazz, grâce à Django Reinhardt qui l'adopte et en fait la promotion. Fabriquée entre 1931 et 1952, elle connaît plusieurs versions successives. Très recherchée par les musiciens, elle reste aujourd'hui associée à un style : le jazz manouche qui connaît depuis plusieurs années un véritable engouement. 
Instrument emblématique d'une nouvelle musique - le rock’n'roll - la guitare électrique est l'objet d'un engouement générationnel massif au début des années 60. Par manque de moyens, certains adolescents fabriquent leur propre guitare, branchées sur le poste familial de TSF à lampes ou un électrophone qui servent d’amplificateur. S’ils ne fabriquent pas tous leur instrument, les jeunes musiciens acquièrent souvent des guitares relativement bon marché de fabrication européenne, qu’elles soient françaises, italiennes, allemandes anglaises ou hollandaises. Puis dès que leurs moyens le leur permettent, ils acquièrent des modèles prestigieux de marques américaines telles que Gibson ou Fender.

Historique

Actualités

Informations Pratiques

Revue de Presse

Agglomération Montluçonnaise

Agglomération Montluçonnaise Agglomération Montluçonnaise Agglomération Montluçonnaise Agglomération Montluçonnaise Agglomération Montluçonnaise Agglomération Montluçonnaise